Présentation du Pôle jeunesse – ALSH aux assises européennes de la transition énergétique

25 Janvier 2017

Le mercredi 25 Janvier, Oekoumène était invité par la région Nouvelle Aquitaine, en co-animation avec le CSTB et Effinergie, à présenter un retour d’expérience sur un bâtiment performant, pour envisager les progès possibles pour la filière et la réglementation. Nous avons choisi de présenter le Pôle jeunesse de la communauté de commune du Val de Vienne tout juste livré en décembre 2016. Ce bâtiment conçu en 2014-2015 était dores et déjà orienté vers les exigences de la RT 2020, avec de nouveaux indicateurs pressentis en complément de la performance thermique : qualité de l’air et bilan Co² de la construction.

Le programme de ce bâtiment portait en lui les germes d’un bâtiment globalement économe, bio-sourcé, bio-climatique et donc confortable. L’inscription du bâtiment dans l’appel à projet bâtiment du futur proposé par la région fixait des objetifs thermiques supérieurs à ceux de la RT 2012 et encourageait l’utilisation de matériaux bio-sourcés.
Par ailleurs l’équipe réunie pour le concevoir était elle-même engagée dans une méthode de conception durable, reposant sur une conception concertée avec les usagers et le recours à la simulation thermique dynamique. Il a été démontré que le surcoût de la construction lié à cette performance était seulement de 3%, et qu’il était en lui-même amortissable en 12,5 ans compte-tenu des économies d’énergie annuelles générées. De plus l’appel à projet dotait le bâtiment d’une subvention plus de trois fois supérieure à ce surinvestissement.
L’exigence par rapport à la perméabilité à l’air, fixée bien au-delà de la base reglementaire, a permis de limiter les consommations d’énergie et de s’assurer d’un maintient à long terme de l’efficacité des isolants, en l’absence de désordes qui pourraient être générés par l’humidification des paroies.
Le choix de l’énergie solaire directe (système Solisart) a été valorisé. Pour un coût d’installation similaire à celui d’une chaufferie bois, 65% de l’énergie sera produite par le solaire. Les panneaux sont disposés verticalement pour valoriser les apports solaires en hiver. Une chaufferie par bâtiment permet d’éviter les pertes du réseau. Les premières études de rendement journalier en Janvier 2017 par une température extérieure de -5 montrent que le quantitatif d’énergie solaire produite envisagée est bien au rendez-vous.
Une ventilation naturelle assistée avec tirage par cheminée a été mise en place pour favoriser une bonne qualité de l’air, une ventilation naturelle estivale profitant de la situation en crête du site, entouré de deux vallons est et ouest.
Le chantier utilise 375 m3 de bois, sans pour autant utiliser ce matériaux en revêtement extérieurs. Les aprrovisionement proches du site et les essences locales non traitées ont étés privilégiés : douglas, chataignier, peuplier, pin sylvestre, chêne, pin maritime, hêtre, frêne, merisier. En compléments d’autres matériaux bio-sourcés sont présents : caoutchouc, ouate de cellulose, brique.

En conclusion il a été rappelé que :

  • La reglementation thermique en vigueur n’est qu’un garde-fou
  • Des exigences plus fortes peuvent s’inscrire dans le programme
  • Le choix d’une équipe de conception engagée est essentiel
  • La concertation est l’élément essentiel d’un projet humainement réussi
  • La performance thermique est essentielle mais insuffisante, elle doit s’allier à une reflexion plus globale sur le confort de l’usager intégrant les notions de qualité de l’air et à une reflexion sur le bilan carbone du bâtiment.

A savoir :  l’observatoire effinergie répertorie les projets de niveau effinergie même s’ils ne sont pas labellisés, et propose plusieurs outils performants : carte des acteurs référencés et indicateurs dynamique. Dans le cadre de l’expérimentation E+ C- qui teste la future RT 2012, L’ADEME s’engage à financer des bilan ACV des bâtiments.

Retrouvez les assises sur www.assises-energie.netl