Cité Administrative de Tulle

Programme

Restructuration et extension de la BFM du Val de l’Aurence à Limoges.

Projet

La Bfm du Val de l’Aurence est l’un des six pôles de lecture du réseau de Limoges. Après la construction il y a dix ans de la Bfm centre-ville, la restructuration du pôle Aurence poursuit l’écriture d’une bibliothèque municipale gratuite destinée au plus large public, véritable «troisième lieu», espace public accueillant, généreux, stimulant. La bibliothèque est aujourd’hui sous-dimensionnée et mal orientée dans le quartier, malmenée par les récentes transformations du centre commercial, mais elle est identifiée pour les nombreux usagers qui la fréquentent et la population en général comme un équipement culturel phare. Ses qualités constructives permettent de transformer très facilement ses défauts d’usage.

La bibliothèque, comme le quartier, existe depuis quarante ans, presque deux générations d’enfants y ont déjà des souvenirs. Malgré d’évidentes imperfections, faire table rase de ce passé nous semble dommageable à la fois pour toutes les personnes y ayant vécu et du point de vue du développement durable. C’est pourquoi nous proposons de restructurer la bibliothèque en l’agrandissant. Nous ne recréons pas un quartier, mais y écrivons une nouvelle page, confortant son identité dans la durée.

L’enjeu est de créer des liens avec le centre commercial et ses consommateurs, d’instaurer un rapport de proximité convivial plutôt que de s’en écarter et lui faire face. La libération presque totale du rez-de-chaussée de la bibliothèque actuelle permet aux piétons de ne plus la contourner, elle reste cependant très présente. Symbole fort, tout les piétons franchissent alors librement l’enceinte de l’ancienne bibliothèque, aménagée en vaste parvis couvert et lumineux.

Le bâtiment a une présence urbaine claire et forte, il est très compact. Grande halle en structure bois, il se barde de douglas sombre à l’étage, léger manteau suspendu surplombant le vitrage continu du rezde-chaussée. Nous avons voulu travailler un volume dont toutes les facettes sont qualitatives plutôt qu’un bâtiment hiérarchisé avec un avant et un arrière. Si ses qualités thermiques semblent très bonnes au vu de l’esquisse de simulation dynamique, le volume défini est bien guidé par l’urbain et la fonctionnalité, et s’éloigne donc des règles strictes de bioclimatique. Sa façade urbaine est lisible depuis tout les points de vue.

Caractérisée par une absence totale de dégagements, la bibliothèque se développe sur deux niveaux. Elle se scinde en trois types d’espaces : les espaces de service réservés au personnel et au travail interne sur les collections, les espaces publics et enfin les espaces intermédiaires, accessibles au public mais pouvant fonctionner indépendamment (salle multimédia, salle d’animation, salle de réunion). Un quatrième espace «virtuel», l’espace d’exposition, se dissémine dans l’ensemble du volume sous forme de grands panneaux d’affichage coulissants suspendus sur des rails au plafond.

La bibliothèque pour être simple, lisible et unitaire, s’habille de très peu de matières. Le substrat intérieur majeur est un plâtre épais et blanc, à la finition balayée, définissant la qualité première du volume public. Appliqué sur des caissons d’isolant végétal, il permet d’obtenir une grande qualité hygrométrique en valorisant les qualités de perspirance des murs (voir note technique). La couleur accueillante du rez-de-chaussée dans la ville se retourne à l’intérieur sur les murs perpendiculaires aux fenêtres, utilisée comme amplificateur de la lumière naturelle

Le bardage extérieur en douglas Limousin, à pose ajourée, d’épaisseur et largeur variables, se retourne à l’étage au droit des fenêtres pour devenir un revêtement acoustique. Trois grands sheds scandent le volume de la bibliothèque, recouverts de zinc, alternant avec des toitures végétalisées. Ils permettent un rafraîchissement nocturne par surventilation en été et la lumière naturelle tourne toute la journée dans l’ensemble de la bibliothèque grâce aux zones de double-hauteur. Le béton brut et clair du socle de la bibliothèque est réutilisé dans l’espace public pour créer des assises, le vert lumineux venant parfois s’y appliquer pour signaler de loin la présence de l’équipement.

SELI société d’équipement du Limousin 

mission

Concours

date

2012

maître d'ouvrage

préfecture de la Corrèze

maître d'oeuvre

Oekoumène/architectes - EXCEN - INGEPOLE - CO-PILOT

surface

nc

coût global

2 810 000 €

énergie

BBC RÉNOVATION - 30%